L’arbre

De l’Asie mineure à la Bretagne en passant par les Cévennes, le beau voyage du mot anatolien kastana.

Le châtaignier pousse depuis si longtemps sur le sol de l’Ardèche que les géologues ont retrouvé ses feuilles dans les schistes à diatomées du Charay et de Rochessauve. C’était il y a plus de six millions d’années. Et pour longtemps encore, aucune langue humaine n’articulerait son nom.

Lorsqu’il recherche les origines du mot « châtaigne », l’étymologiste se tourne vers l’Asie mineure, celle du Ier millénaire, voire du IIème avant notre ère. L’histoire de notre mot commence avec les Grecs qui empruntèrent aux autochtones de l’Anatolie, un mot qui désignait les châtaigniers : kastana, lequel est à l’origine du grec kastanea. A leur tour, les Romains l’empruntèrent au grec. Désignant à la fois l’arbre et le fruit, le latin castanea véhiculé par la romanisation, va essaimer... et plus tard prospérer dans les langues romanes. On le reconnaîtra ainsi sans peine dans l’italien castagna, le français châtaigne, l’espagnol castana, le portugais castanha (1)... Castanea s’infiltrera aussi dans certaines langues germaniques (kastanienbaum pour « châtaignier » ou « marronnier » en allemand).

Le latin castanea est devenu le sud-occitan castanha prononcé [kastanyo]. Dès qu’on passera dans la zone où cabra « chèvre », [kabro] devient [tchabro], notre castanha d’Alès ou de Barjac deviendra chastanha en progressant vers le nord. Enfin, plus haut, à Rochepaule, notre mot sera prononcé [tsastenyo]. Nous sommes, alors, dans le parler du Haut-Vivarais.

Au point de départ, l’anatolien kastana et le grec kastanea, à l’arrivée, trois millénaires plus tard et 3000 km plus loin, l’occitan castanha / chastanha... L’usure phonétique est remarquablement minime. Comme le bois de châtaignier, le terme qui a désigné l’arbre ou ses fruits a bien vieilli.
Extraits du texte de George Massot

Carte d’identité du Châtaignier

Nom : CASTANEA SATIVA (châtaignier européen)
Classe : DICOTYLEDONES Ordre : FAGALES
Famille : FAGACEES (comme le chêne et le Hêtre)
Espèce : MEDITERRANEENNE
Durée de vie : 1000 ans (pour les plus vieux)
Taille : 35 mètres (maximum)
Feuilles : CADUQUES, longues d’environ 25 centimètres, pétiolées, coriaces et à grosses dents pointues
Arbre : SILICICOLE, autostérile, prospère entre 400 et 1200 mètres d’altitude.




Dans cette rubrique :

L’arbre

Les variétés

L’exploitation

Le bois de châtaignier

Cynips (Le ravageur)

TORYMUS (Le Prédateur)

Recettes

(1) - La mouillure de N et de L, comme on l’observe dans « montagne » ou « milieu », est marquée en occitan par l’ajout d’un H. D’où par exemple, montanha, Genolhac, Mézilhac. Au cours du Moyen Age, le portugais a emprunté ce procédé à l’occitan.



Dans les actualités :


Finale départementale des Joutes gastronomiques 2017 à Joannas

Intronisations castagnades 2017

Joutes gastronomiques 2017



Accueil | Contactez la confrérie | Mentions légales
© La Confrérie de la Châtaigne d’Ardèche, depuis 2009 sur le web